Quand Hilaire Belloc écrivait sur l’Allemagne

Nous avons publié récemment un éloge d’Hilaire Belloc, le grand ami et le comparse intellectuel de G.K. Chesterton, dû à G.M. Tarcy qui le fit paraître dans La France Catholique du 18 août 1950. Peu traduits en français, les livres d’Hilaire Belloc ne sont plus disponibles aujourd’hui en France. Pour donner une petite idée de sa tournure d’esprit, de son approche des problèmes ainsi que de sa prose, nous commençons ici la publication d’un article dont la traduction française fut publiée une première fois dans La Revue universelle (numéro du 1er mars 1940) dont le fondateur était Jacques Bainville (1879-1936) et le directeur Henri Massis. Il s’agit d’une reprise en français d’un article de Belloc paru initialement dans The weekly Review du 18 janvier 1940. Après la mort de Chesterton, en 1936, l’hebdomadaire qui portait son nom, The G.K.’s Weekly, s’était transformé en Weekly Review. C’est cette publication qui défendit les idéaux distributistes et qui porta auprès du public les analyses de ce courant. On verra ici le jugement, plus nuancé qu’on aurait pu le croire, que Belloc porte sur l’Allemagne et sur la responsabilité des oligarchies financières dans le conflit qui touchait l’Europe, avant de s’étendre au reste du monde. On n’oubliera évidemment pas que cette analyse date du tout début de la Seconde Guerre mondiale

.A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *