Chesterton et Henry Bordeaux à Florence

Nous sommes heureux de publier ci-dessous une petite étude de Louis Choisy, membre de l’Association des Amis de Chesterton, consacrée à la figure d’Henry Bordeaux et de ses relations avec G.K. Chesterton. 

Henry Bordeaux (1870-1963) appartient à la « droite académique » des années 1920, représentée par les « quatre B » avec Maurice Barrès, René Bazin et Paul Bourget. Ecrivain ayant connu de forts tirages (Il contribua à la fortune des éditions Plon) jusqu’aux années 1940, il est largement et fort injustement (à mon avis) méconnu aujourd’hui, victime (comme Bourget et Bazin, Barrès ayant un peu mieux survécu) de « l’oubli, cette pelleteuse irrésistible », selon une image évocatrice de Michel de Saint Pierre. Il est même absent du Petit Larousse illustré (édition 2010) alors que plusieurs de ses romans ont autrefois paru au Livre de Poche (La robe de laine et Les Roquevillard, notamment).

Ce n’est toutefois pas le romancier qui m’amène à rédiger cette petite note, mais le mémorialiste. Henry Bordeaux a en effet, à la fin de sa vie, publié ses souvenirs, notamment académiques, sous le titre Quarante ans chez les Quarante (Arthème Fayard 1959, collection « Les Quarante »), puis beaucoup plus complets, sous celui d’Histoire d’une vie en treize volumes (publiés de 1951 à 1973, donc en partie posthumes. A mon avis, les plus intéressants de ceux-ci sont les quatre relatifs à la Grande Guerre). Dans le premier cité, nous trouvons la mention suivante :

« Je fus envoyé encore en Italie pour les fêtes intellectuelles organisées par le Comité Fra Gli Enti di Alta Cultura (ce qui signifie à peu près « Entre les organismes de haute culture ») où l’Italie était représentée par Luigi Pirandello, la Grande-Bretagne par Chesterton, l’Allemagne par Kayserling (sic) et la Hongrie par Lagos (sic) Zilahy, et le 6 mai 1935, au Palazzo Vecchio de Florence, je rappelai mes souvenirs italiens. »

Au tome X intitulé Voyages d’un monde à l’autre (volume paru en juin 1964, page 286), on trouve cette indication plus elliptique (d’autant que le contexte ne traite pas du même sujet) :

« (…)  J’avais dû, au mois de mai [1935], m’absenter [de Paris] pour me rendre au Mai florentin où je représentai les lettres françaises aux côtés de l’Allemand Kayserling et de l’Anglais Chesterton. J’avais poussé mon voyage jusqu’à Sienne (…) ».

Quelques livres d'Henry Bordeaux

Henry Bordeaux n’en dit pas plus : malgré mes recherches, je n’ai pas trouvé d’autres mentions de ce « Mai florentin » de 1935, qui semble s’apparenter à un festival artistique  et littéraire (d’après Internet, ce festival, surtout musical, existe toujours). Ce fut sans doute l’un des derniers voyages de Chesterton à l’étranger. Sans doute un érudit chestertonien et/ou italophile en saura-t-il plus ? [Nous reviendrons effectivement sur ce voyage en Italie, ndlr].

Sur le plan historique, on peut noter, en marge de cet épisode, que les quatre écrivains non-italiens, (le cas de Pirandello est différent) alors persona grata dans l’Italie mussolinienne, seront dans leur pays respectif des opposants au régime hitlérien (les éléments relatifs à Keyserling et Zilahy à ce sujet proviennent de Wikipédia). Chesterton bien sûr, mais aussi Keyserling, qui finira par être interdit de publication et de sortie du Reich. Zilahy, opposant au régent Horthy, sera recherché par les Allemands à leur entrée en Hongrie et devra se cacher avec sa famille. Plusieurs livres de Bordeaux seront interdits par les autorités allemandes sous l’Occupation, et il se refusera à tout contact avec eux.

Mentionnons pour être complet que dans le tome  V Douleur et gloire de Verdun (paru en 1959) de ces mêmes souvenirs, Henry Bordeaux (alors capitaine d’état-major) signale le passage d’Hilaire Belloc parmi les personnalités, hommes politiques et autres célébrités « visitant » le champ de bataille de Verdun en 1916 (selon une sorte de tourisme patriotique au goût discutable). Pour sa part, sans être intégré, malgré ses demandes réitérées, dans une unité combattante, il partagea cependant fréquemment la vie et les dangers des « poilus » de 1ère ligne, ses missions le portant aux points les plus exposés du front.

 Louis Choisy (janvier – mai 2013).

Appendice 1 : éléments biographiques

– Henry Bordeaux : académicien français (1919), romancier et écrivain d’origine savoyarde,   (Thonon 1870 – Paris 1963).

– Gilbert Keith Chesterton : nous ne présenterons pas cet écrivain protéiforme ! (Kensington 1874 – Beaconsfield 1936).

– Hermann von Keyserling : philosophe et écrivain allemand (Könnu [Estonie] 1880 – Innsbruck 1946). Il s’agit d’une supposition : la graphie Kayserling ne donne rien de probant.

– Lajos Zilahy (et non Lagos) : romancier, dramaturge et réalisateur hongrois (Nagyszalonta [actuelle Salonta, Roumanie, à la frontière hongroise] 1891 – Novi Sad [en Voïvodine, actuelle Serbie] 1974.

– Luigi Pirandello : dramaturge, romancier et auteur de nouvelles italien, prix Nobel de littérature 1934 (Agrigente [Sicile] 1867 – Rome 1936).

– Hilaire Belloc : écrivain, poète, historien et polémiste franco-anglais (père français, mère anglaise ; naturalisé sujet britannique en 1902), catholique et formant avec GKC le binôme surnommé Chesterbelloc par leur « ennemi intime » Bernard Shaw (La Celle-Saint-Cloud 1870 – Guildford 1953).

Appendice 2 : nuances

Selon Wikipédia, Pirandello était à la fois soutenu par Mussolini et irrité par le caporalisme du régime fasciste.

Henry Bordeaux était anti-hitlérien et anti-allemand, un peu à la manière de Charles Maurras dont il fut un ami fidèle toute sa vie durant (sans être royaliste). Il consacra un petit livre au maréchal Pétain au début de l’Occupation (Images du Maréchal Pétain, Séquana, janvier 1941, 128 pages). Il sera tout de même inquiété à la Libération, figurant sur une « liste noire » du CNE parce que jugé « proche de Vichy » (alors qu’il y avait refusé toute fonction officielle). Il disparut tout de même de la liste « définitive ». Cette double fidélité (à Maurras et au Maréchal) lui vaudra la hargne de ses bons confrères Claudel et Mauriac.

Hilaire Belloc était tout de même un solide gaillard, physiquement et moralement courageux. Son fils Louis mourut en service commandé dans le nord de la France en 1918, servant dans le Royal Flying Corps.

Une réflexion au sujet de « Chesterton et Henry Bordeaux à Florence »

  1. Très belle illustration : Henry Bordeaux en habit vert, décoré, représente vraiment la droite académique de la période « bleu horizon » !
    On peut objecter que Barrès, mort en 1923, ne fera pas partie très longtemps des 4 B. On sait cependant qu’il les réunissait encore pour un dîner « en petit comité » peu de jours avant sa mort brutale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *