On défend son pays comme sa maison (aphorisme de Chesterton, 355)

GKC-aphorisme-23

On se refuse à laisser détruire ou coloniser sa patrie parce qu’il est impossible de comptabiliser les bienfaits qu’elle dispense, de même qu’on lutte contre l’incendie de sa maison parce qu’il est impossible d’inventorier ce qui disparaîtrait avec elle. Aussi loin de combattre pour une insaisissable abstraction, l’homme combat réellement pour sa maison.
L’Homme éternel

Chesterton à Meaux

On nous prie de communiquer que deux conférences sur G.K. Chesterton seront données à Meaux, à la Bibliothèque diocésaine, les mercredi 4 et jeudi 12 mars prochain par Matthieu-Alexandre Durand, conservateur de la dite bibliothèque. C’est une bonne nouvelle de voir que l’intérêt pour l’écrivain anglais se répand toujours un peu plus dans notre pays (sans parler des autres…). Si vous êtes de Meaux ou de sa région, ou si vous y passer à ce moment-là, n’hésitez pas à vous rendre à l’une ou l’autre de ces conférences.

Décidément, l’année 2015 est bien une année Chesterton. Qui s’en plaindra ? Nous en profitons pour rappeler que notre association est à votre disposition pour venir présenter la vie et l’œuvre de ce grand écrivain catholique. Là aussi, n’hésitez pas à prendre contact avec nous via notre page de contact.

Chesterton-Meaux

Les effets de l’industrie mondiale (aphorisme de Chesterton, 351)

L’industrie se flatte d’avoir unifié le monde sous l’uniformité de ses produits, de sorte qu’au Japon et à la Jamaïque on débouche et boit le même whisky frelaté, tandis qu’aux deux pôles de la machine ronde, deux explorateurs déchiffrent la même étiquette optimiste sur la même boîte de sardines suspectes. Mais le vin, ce don des dieux aux hommes, diffère délicieusement de coteau en coteau, de vignoble en vignoble et nous offre en cent cantons, cent bouquets divers, dont aucun ne rappelle le goût du whisky. De même, trois cent soixante espèces de fromages se partagent le pays sans jamais nous laisser oublier qu’ils n’ont rien en commun avec le plâtre.

L’Homme éternel

2015 : année chestertonienne

Bonne nouvelle ! Grande nouvelle ! L’année 2015 a commencé avec l’annonce de plusieurs publications de G.K. Chesterton. Mais la grande nouvelle, c’est la parution en avril prochain d’une biographie de Chesterton par François Rivière, excellent connaisseur de l’œuvre de l’écrivain ainsi que de la littérature anglo-saxonne dans son ensemble et excellent écrivain lui-même. Sous le titre Le divin Chesterton, les éditions Rivages annoncent cette parution pour le 1er avril prochain.

Dans la foulée, le même éditeur publie pour la première fois en France – une très grande première – la pièce de théâtre de G.K. Chesterton : Magie. La date de parution annoncée est le 22 avril. Le même jour, toujours chez le même éditeur, en format de poche, réédition de La Sphère et la Croix.

Mais ce n’est pas tout ! Après avoir proposé une nouvelle traduction d’Orthodoxie et d’Hérétiques, les éditions Climats (Flammarion) proposent à partir du 1er avril prochain un nouveau titre de Chesterton, jamais traduit en français : La Chose (The Thing).

C’est un festival chestertonien qui s’annonce donc pour cette nouvelle année.

Mais ce n’est pas tout ! Vous pouvez déjà vous procurer deux nouveaux livres de Chesterton qui viennent de sortir tout droit des presses. Le premier est L’Homme à la clef d’or, l’autobiographie de Chesterton, publiée par les éditions des Belles Lettres. L’autre est, au Livre de poche, Le Poète et les fous.  Nous reviendrons sur chacun de ces titres, mais nous tenions dès maintenant à en faire l’annonce.

Chesterton face à Houellebecq sur Figaro Vox

Chers amis de Chesterton, permettez moi de vous signaler l’article que j’ai publié sur Figaro Vox à propos du dernier livre de Michel Houellebecq, Soumission. Dans ce nouveau roman, l’auteur des Particules élémentaires fait référence au distributisme de Chesterton, ce que tout lecteur peut noter sans toujours très bien comprendre de quoi il s’agit. Mais j’établis aussi un autre lien avec Chesterton à travers l’évocation de L’Auberge volante, roman d’anticipation, écrit en 1914 et en terrible résonance, non seulement avec Houellebecq mais aussi avec notre triste actualité. Je demande donc si finalement Houellebecq n’est pas un Chesterton triste…

Merci de vous rendre sur Figaro Vox pour lire, commenter et faire connaître sur les réseaux sociaux cet article afin de faire parler un peu plus que d’habitude de notre cher écrivain.

Philippe Maxence
Président des Amis de Chesterton

Chesterton, la petite fille et le… distributisme (aphorisme chestertonien, 350)

Le dernier livre de Michel Houellebecq, que nous n’avons pas encore lu, se réfère, paraît-il, au distributisme de Chesterton. En attendant d’en savoir un peu plus, voici une longue citation d’un magnifique texte de notre auteur : 

Avec les cheveux roux d’une gamine des rues, je mettrai le feu à toute la civilisation moderne. Puisqu’une fille doit avoir les cheveux longs, elle doit les avoir propres; puisqu’elle doit avoir les cheveux propres, elle ne doit pas avoir une maison mal tenue; puisqu’elle ne doit pas avoir une maison mal tenue, elle doit avoir une mère libre et détendue; puisqu’elle doit avoir une mère libre et détendue, elle ne doit pas avoir un propriétaire usurier ; puisqu’elle ne doit pas avoir un propriétaire usurier, il doit y avoir une redistribution de la propriété ; puisqu’il doit y avoir une redistribution de la propriété, il doit y avoir une révolution.

Cette gamine aux cheveux d’or roux (que je viens de voir passer en trottinant devant chez moi), on ne l’élaguera pas, on ne l’estropiera pas, en rien on ne la modifiera ; on ne la tondra pas comme un forçat. Loin de là. Tous les royaumes de la terre seront découpés, mutilés à sa mesure. Les vents de ce monde s’apaiseront devant cet agneau qui n’a pas été tondu. Les couronnes qui ne vont pas à sa tête seront brisées. Les vêtements, les demeures qui ne conviennent pas à sa gloire s’en iront en poussière. Sa mère peut lui demander de nouer ses cheveux car c’est l’autorité naturelle, mais l’Empereur de la Planète ne saurait lui demander de les couper. Elle est l’image sacrée de l’humanité. Autour d’elle l’édifice social s’inclinera et se brisera en s’écroulant ; les colonnes de la société seront ébranlées, la voûtes des siècles s’effondrera, mais pas un cheveu de sa tête ne sera touché.

Le Monde comme il ne va pas

Le sens du Nouvel An selon Chesterton (aphorisme chestertonien, 349)

Nous livrons aujourd’hui la dernière citation de l’année 2014 et le première de l’année 2015, extraite de l’œuvre abondante et joyeuse de G.K. Chesterton. Comme nous le rappelions indirectement hier la philosophie qui sous-tend l’ensemble de son œuvre et de sa vie est celle de la gratitude. C’est cette même gratitude que nous voulons exprimer au terme de cette année et au seuil d’une nouvelle année. Dans l’esprit chestertonien, chaque année est un miracle et, ce miracle, nous le devons assurément au faiseur même du miracle, Celui qui est seul capable de dépasser ses propres lois comme il est le seul à vraiment décider de s’y conformer de son propre chef. Notre gratitude va aussi aux lecteurs de ce blogue puisqu’ils sont fidèles au rendez-vous et qu’ils nous aident ainsi à y être fidèles à notre tour. L’Association des Amis de Chesterton et le blogue Un Nommé Chesterton leur souhaitent donc une heureuse année 2015. 

(Dessin : Eric Gill)

L’objet du Nouvel an n’est pas que nous ayons une nouvelle année, mais que nous ayons une nouvelle âme et un nouveau nez ; de nouveaux pieds, une nouvelle colonne vertébrale, de nouvelles oreilles et de nouveaux yeux. À moins qu’un homme prenne des résolutions au Nouvel an, il n’accomplira pas ces résolutions. À moins qu’un homme ne commence de nouvelles choses, il ne fera certainement rien d’efficace. À moins qu’un homme ne commence par cette supposition étrange qu’il n’a jamais existé auparavant, il est complètement sûr qu’il n’existera jamais ensuite. À moins qu’un homme naisse de nouveau, il n’entrera en aucun cas dans le Royaume des Cieux.
Daily News