Chesterton : la première biographie française et une malle de livres…

Rivière

Le Divin Chesterton ! C’est le titre de la première biographie française consacrée à G.K. Chesterton. Il existait jusqu’ici plusieurs études et essais portant sur le célèbre auteur d’Hérétiques et d’Orthodoxie. Mais pour la première fois, François Rivière, romancier, scénariste de BD (notamment avec l’excellent Floc’h au pinceau), journaliste littéraire et spécialiste du monde anglo-saxon, livre une biographie à la fois personnelle et passionnée d’un écrivain qu’il fréquente depuis de très longues années. Il faut féliciter les éditions Rivages d’oser cette aventure, en offrant de plus une très belle couverture du livre. Il est certain que le talent de Rivière enchantera de nombreux lecteurs qui ne connaissent pas encore Chesterton et les conduiront certainement vers l’œuvre de celui-ci. Signalons juste de  nombreux oublis dans la bibliographie française de Chesterton et le fait que l’auteur semble ignorer jusqu’à l’existence de l’association des Amis de Chesterton où il est pourtant le bienvenu – et à la première place. De même, les dessins qui accompagnent judicieusement les chapitres de ce livre n’ont rien d’inédits. Plusieurs ont été d’ailleurs publiés sur ce site.  (224 pages, 21 €).

SphèreMais les éditions Rivages font coup double, voire triple. Elles publient en même temps en format de poche La Sphère et la Croix, dans la traduction de Charles Grolleau (déjà disponible à L’Age d’Homme). Là encore, une très belle couverture accompagne cette édition et le format de poche pourra attirer plusieurs lecteurs qui n’ont pas encore franchi le pas (320 pages, 9 €).

MagiePlus encore, saluons l’édition inédite – et un véritable inédit en langue française, depuis longtemps attendu – de la pièce de théâtre de G.K. Chesterton, Magie. François Rivière, avec le talent qu’on lui connaît, donne une préface vivante et renseignée, permettant à la fois de situer cette pièce dans l’œuvre de l’écrivain ainsi que sa gestation avec l’amicale complicité de G.B. Shaw. Là encore, l’éditeur offre cette traduction assortie d’une belle couverture et dans une format de poche, qui rend très accessible dès maintenant ce titre peu connu en France. Il ne faut surtout pas hésiter à se procurer ce livre (126 pages, 7,50 €).

ChoseEst-ce tout ? Non, bien sûr ! Un autre éditeur est aussi de la partie concernant G.K. Chesterton. Il s’agit des éditions Climats, département de Flammarion. Sous cette enseigne a déjà paru, dans des traductions de Lucien d’Azay, Hérétiques et Orthodoxie. C’est un inédit en français que nous offre Climats, aujourd’hui, avec La Chose, pourquoi je suis catholique. Une très belle édition de ce recueil d’essais, accompagné de notes qui permettent au lecteur français de mieux saisir certaines références ou allusions de Chesterton (346 pages, 22 €). Sur le sujet, c’est un complément indispensable de L’Église et la conversion (éditions de l’Homme Nouveau) et de L’Homme à la clef d’or, la autobiographie de Chesterton.

ClefJustement, cette dernière a été rééditée par Les Belles Lettres, en reprenant sans changement (à l’exception du format qui est celui d’un poche dans cette édition) la version parue chez DDB. L’Homme à la clef d’or permet de suivre le regard de Chesterton sur sa propre existence, de découvrir son cheminement intellectuel et spirituel, de connaître ses amis et de goûter les formules paradoxales dont il savait user pour saisir l’intelligence du lecteur. (448 pages, 14,90 €).

Le format de poche est décidément à l’honneur pour les rééditions de Chesterton. Le Livre de poche propose Le Poète et les fous (publié aussi chez Gallimard sous le titre Le Poète et les lunatiques). Certainement, l’un des meilleurs romans de l’auteur (264, 6,60 €).

Poète

Enfin, signalons la parution d’un essai critique de Chesterton sur Dickens (qu’il réhabilita à son époque) dans L’horloge de Maître Humphrey de Charles Dickens, paru en mai dernier aux éditions de l’Herne (333 pages, 17 €).

Dickens

Une nouveauté : la Chesterton Digital Library.

GKC-online

Les Amis de Chesterton vous informent du lancement d’un projet par l’American Chesterton Society en coopération avec d’autres associations à travers le monde et avec l’appui d’une équipe de volontaires : la Chesterton Digital Library.

Ce projet consiste à collecter l’intégralité des oeuvres écrites par Chesterton – livres, essais, poèmes, éditoriaux, prologues, etc. – afin de les rendre disponibles à tous via un site internet. L’objectif est tout d’abord de rendre disponible son oeuvre à tous (chercheurs, étudiants, grand public) mais également de préparer un procès canonique en béatification, qui nécessitera la lecture de l’intégralité de son oeuvre.

Or, Chesterton a été un auteur prolifique, plus de 5 000 éléments ayant été recensés à ce jour. Un grand nombre d’entre eux étant collectés à ce jour sous la forme de documents scannés au format .pdf (articles parus dans The Sign par exemple), le travail réalisé par les volontaires consiste en deux opérations, réparties entre deux groupes différents :
• le premier groupe de volontaires est chargé de transcrire sous format word .doc des articles envoyés sous format .pdf par le coordinateur central du projet.
• l’autre groupe est chargé de garantir la fidélité de la transcription en confrontant le fichier word avec le document scanné
Ces articles n’ont plus été édités depuis leur publication originale, ce qui constitue certainement une motivation supplémentaire pour toute l’équipe !
Nous vous tiendrons informés de l’avancement de ce beau projet !
Bonne fin de Carême à tous !

Si je t’oublie Irlande… (aphorisme de Chesterton 356)

Irish impressions

En ce jour de la saint Patrick, fête nationale de l’Irlande, nous ne pouvons pas faire autrement que de reprendre la publication des citations de G.K. Chesterton. Que nous dit-il aujourd’hui ? Voici un extrait de sa monographie sur William Blake :

Nous ne savons pas ce qu’est l’Irlande; et nous ne le saurons jamais tant que l’Irlande ne sera pas libre, comme n’importe quelle nation chrétienne, de créer ses institutions.

On défend son pays comme sa maison (aphorisme de Chesterton, 355)

GKC-aphorisme-23

On se refuse à laisser détruire ou coloniser sa patrie parce qu’il est impossible de comptabiliser les bienfaits qu’elle dispense, de même qu’on lutte contre l’incendie de sa maison parce qu’il est impossible d’inventorier ce qui disparaîtrait avec elle. Aussi loin de combattre pour une insaisissable abstraction, l’homme combat réellement pour sa maison.
L’Homme éternel

Chesterton à Meaux

On nous prie de communiquer que deux conférences sur G.K. Chesterton seront données à Meaux, à la Bibliothèque diocésaine, les mercredi 4 et jeudi 12 mars prochain par Matthieu-Alexandre Durand, conservateur de la dite bibliothèque. C’est une bonne nouvelle de voir que l’intérêt pour l’écrivain anglais se répand toujours un peu plus dans notre pays (sans parler des autres…). Si vous êtes de Meaux ou de sa région, ou si vous y passer à ce moment-là, n’hésitez pas à vous rendre à l’une ou l’autre de ces conférences.

Décidément, l’année 2015 est bien une année Chesterton. Qui s’en plaindra ? Nous en profitons pour rappeler que notre association est à votre disposition pour venir présenter la vie et l’œuvre de ce grand écrivain catholique. Là aussi, n’hésitez pas à prendre contact avec nous via notre page de contact.

Chesterton-Meaux

Les effets de l’industrie mondiale (aphorisme de Chesterton, 351)

L’industrie se flatte d’avoir unifié le monde sous l’uniformité de ses produits, de sorte qu’au Japon et à la Jamaïque on débouche et boit le même whisky frelaté, tandis qu’aux deux pôles de la machine ronde, deux explorateurs déchiffrent la même étiquette optimiste sur la même boîte de sardines suspectes. Mais le vin, ce don des dieux aux hommes, diffère délicieusement de coteau en coteau, de vignoble en vignoble et nous offre en cent cantons, cent bouquets divers, dont aucun ne rappelle le goût du whisky. De même, trois cent soixante espèces de fromages se partagent le pays sans jamais nous laisser oublier qu’ils n’ont rien en commun avec le plâtre.

L’Homme éternel

2015 : année chestertonienne

Bonne nouvelle ! Grande nouvelle ! L’année 2015 a commencé avec l’annonce de plusieurs publications de G.K. Chesterton. Mais la grande nouvelle, c’est la parution en avril prochain d’une biographie de Chesterton par François Rivière, excellent connaisseur de l’œuvre de l’écrivain ainsi que de la littérature anglo-saxonne dans son ensemble et excellent écrivain lui-même. Sous le titre Le divin Chesterton, les éditions Rivages annoncent cette parution pour le 1er avril prochain.

Dans la foulée, le même éditeur publie pour la première fois en France – une très grande première – la pièce de théâtre de G.K. Chesterton : Magie. La date de parution annoncée est le 22 avril. Le même jour, toujours chez le même éditeur, en format de poche, réédition de La Sphère et la Croix.

Mais ce n’est pas tout ! Après avoir proposé une nouvelle traduction d’Orthodoxie et d’Hérétiques, les éditions Climats (Flammarion) proposent à partir du 1er avril prochain un nouveau titre de Chesterton, jamais traduit en français : La Chose (The Thing).

C’est un festival chestertonien qui s’annonce donc pour cette nouvelle année.

Mais ce n’est pas tout ! Vous pouvez déjà vous procurer deux nouveaux livres de Chesterton qui viennent de sortir tout droit des presses. Le premier est L’Homme à la clef d’or, l’autobiographie de Chesterton, publiée par les éditions des Belles Lettres. L’autre est, au Livre de poche, Le Poète et les fous.  Nous reviendrons sur chacun de ces titres, mais nous tenions dès maintenant à en faire l’annonce.