La bonne nouvelle de la Chute originelle (aphorisme de Chesterton, 363)

Au centre, G.K. Chesterton, avec à gauche, Hilaire Belloc.

Au centre, G.K. Chesterton, avec à gauche, Hilaire Belloc.

La Chute est une vision de la vie. C’est non seulement l’unique vision éclairante de la vie, c’est aussi la seule qui soit encourageante. Elle maintient, contre les seules philosophies réeles alternatives que sont celles du bouddhiste, du pessimiste et du promothéen, que nous avons fait un mauvais usage d’un monde bon et non simplement été pris au piège dans un monde mauvais.
La Chose, pourquoi je suis catholique
(disponible aux éditions Climats)

Quand le monde moderne pompe le christianisme (aphorisme de Chesterton, 362)

The Thing

Le monde moderne – ainsi que les mouvements modernes – vit sur son capital catholique. Il puise et épuise les vérités qui sont encore présentes de par le monde dans le vieux trésor de la chrétienté ; y compris, bien entendu, les nombreuses vérités connues de l’Antiquité païenne et cristallisées dans la chrétienté.
La Chose, pourquoi je suis catholique
(disponible aux éditions Climats)

Quand Chesterton fait l’apologie du couple Macbeth

GKC-Shakespeare

On nous prie de signaler que le site Retour d’@ctu, un autre regard sur l’actualité, a publié une nouvelle traduction d’un texte de G.K. Chesterton consacré au couple Macbeth. On ne présentera pas ici la célèbre pièce de Shakespeare, mais on sait déjà qu’avec Chesterton la morale de l’histoire risque de n’être pas tout à fait celle que l’on attend. Juste un petit extrait pour vous donner envie d’aller lire sur le site Retour d’@ctu, un autre regard sur l’actualité :

Si vous voulez savoir quelles sont les relations permanentes de l’homme marié avec la femme mariée, vous ne pouvez pas le lire ailleurs, de manière plus précise, que dans la petite idylle domestique de monsieur et madame Macbeth. D’un homme si viril et d’une femme si féminine, je ne peux croire en rien excepté qu’ils vont ultimement sauver leur âme.

 

A lire très vite : le dossier Chesterton du Figaro littéraire

Figaro-littéraire

Le Figaro littéraire de ce jeudi 9 avril publie un dossier « G.K Chesterton, le génie du christianisme », avec pas moins de deux pages entièrement consacrées à l’écrivain. La raison ? La parution, bien sûr, de la biographie de François Rivière, Le Divin Chesterton (éditions Rivages), mais aussi de nombreuses autres publications de livres de l’écrivain dont La Chose, pourquoi je suis catholique (éditions Climats) et, pour la première fois en français, la traduction de sa pièce de théâtre, Magie (Rivages poche). Sébastien Lapaque offre au lecteur un très bel article sur ce recueil d’essais, si étrangement appelé La Chose par Chesterton (qui en donne la raison dans son livre). À propos de l’auteur, Lapaque note très justement :

Chez lui, grâce et nature, foi et raison, science et vérité marchent toujours conjointement.

Le même Sébastien Lapaque recense les derniers publications de Chesterton en langue française : Magie (Rivages poche); Le Poète et les fous (Le Livre de poche); William Blake (Le Promeneur) et Les enquêtes du Père Brown (Omnibu).

Le même numéro propose un article de Philippe Maxence, président des Amis de Chesterton (présentée par le Figaro littéraire – merci !), évoquant à partir de la biographie de François Rivière et de L’Homme à la clef d’or, l’autobiographie de Chesterton (Les Belles lettres) la vie et l’œuvre de l’écrivain.

Un numéro exceptionnel, qui fera date.

Les bavardages du monde moderne (aphorisme de Chesterton, 360)

Chose

En vérité, le monde moderne a subi une dépression nerveuse, bien plus qu’une dépression morale. Les questions sont réglées par simples associations d’idées parce qu’il y a une forte réticence à les régler par le biais de l’argumentation.
La Chose, pourquoi je suis catholique
(disponible aux éditions Climats)

La Croix, (aphorisme de Chesterton, 357)

GKC-grand

De même que nous avons pris le cercle pour symbole de la raison et de la folie, nous pouvons très bien prendre la croix comme symbole à la fois du mystère et de la santé. Le bouddhisme est centripète mais le christianisme est centrifuge : il jaillit au dehors. Car le cercle est parfait et infini de sa nature mais il est à jamais fixé dans ses dimensions, il ne peut jamais être plus grand ou plus petit. Mais la croix, bien qu’elle ait à son centre une collision et une contradiction, peut à jamais étendre ses bras sans modifier sa forme. Parce qu’elle a un paradoxe à son centre, elle peut croître sans changer. Le cercle revient sur lui-même et est lié. La croix ouvre ses bras aux quatre vents ; c’est un poteau indicateur pour les voyageurs libres.
Orthodoxie

Aujourd’hui Chesterton a les honneurs de La Croix

safe_image.php_

Avec bonheur et précision, avec le talent qu’on lui connaît, Patrick Kéchichian offre aux lecteurs de La Croix, en ce jeudi saint, un merveilleux cadeau. Deux pages entières consacrées à G.K. Chesterton, accompagné d’une magnifique photographie de l’auteur d’Orthodoxie. L’occasion d’une telle plongée dans l’itinéraire et l’œuvre de ce « chrétien émerveillé » ? Tout simplement, la parution de la biographie de Chesterton par ce chestertonien de vieille souche qu’est François Rivière ainsi que celle de l’autobiographie de l’écrivain, L’Homme à la clef d’or.

La Croix-02-04-15

Patrick Kéchichian a magnifiquement compris l’auteur d’Hérétiques. Il en a saisi le caractère profond, la singularité précise et la richesse du don qu’il laisse à notre époque. Avec justesse, il cite cette phrase de Chesterton :

Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles, mais uniquement par manque d’émerveillement.

Patrick Kéchichian salue comme il se doit la très chestertonienne biographie de François Rivière et s’entretien avec ce dernier qui explique très justement aussi que Chesterton est un « chef-d’œuvre d’excentricité ». On trouvera également dans ce même numéro de La Croix une présentation de La Chose, que vient de publier Climats, défini ici comme « Un recueil d’articles inédits en français (qui) manifeste  l’esprit combatif mais serein de l’écrivain ». Un grand merci aussi à Patrick Kéchichian d’avoir eu l’amitié d’indiquer l’existence de ce site.

Sur les récents livres de Chesterton publiés en France, ainsi que sur l’autobiographie et la biographie consacré à ce « chrétien émerveillé », voir ici.